Structure acier

Les matériaux de construction en acier sont relativement rares sur le marché du réemploi. D’une part parce que ces matériaux se revendent facilement et à bon prix aux collecteurs de ferraille qui les acheminent vers les filières de recyclage. D’autre part parce que leur réemploi à des fins structurelles peut engager des questions de stabilité des ouvrages et de sécurité des personnes, qui nécessitent une bonne évaluation et une prise de responsabilité de la part des acteurs d’un projet de construction (concepteur, entrepreneur, bureaux d’études).
Les éléments que l’on trouve sur le marché du réemploi proviennent de sources diverses, tels que des hangars démantelés ou des déstockages industriels.
Sur le plan environnemental, ces éléments présentent d’excellentes performances. La production d’un élément en acier (même lorsque celui-ci intègre de l’acier issu du recyclage) entraîne un impact environnemental considérable, lié à notamment à la combustion dans les hauts-fourneaux, lesquels produisent de grandes quantités de gaz à effet de serre. De ce point de vue, le réemploi constitue une stratégie particulièrement efficace pour prolonger la durée de vie d’un composant en acier : chaque tonne d’acier réutilisée permet d’éviter la production de 1,3 tonne CO2.

Produits fréquents

Les produits les plus fréquents sont :

  • profilés divers de dimensions variables
  • hangars industriels complets démontés
  • caillebotis métalliques

Prix constatés

Les éléments sont généralement vendus à 50% du prix des équivalents neufs.
Certains opérateurs rachètent des métaux structurels à un meilleur prix que les ferrailleurs à condition qu’ils répondent à des critères bien spécifiques. Les prix de reprise se négocient autour de 200% du prix de la ferraille.

Objectiver les performances

La plupart des revendeurs d’éléments structurels en acier ne sont pas en mesure d’attester formellement des capacités techniques des produits revendus. Ils peuvent par contre fournir un avis basé sur leurs observations et leur expérience. Lorsqu’ils ont eux-mêmes procédés au démontage de la structure, ils peuvent éventuellement s’engager sur la qualité du démontage ainsi que sur la complétude des lots.
Les concepteurs et constructeurs qui souhaitent travailler avec ces produits ont à leur disposition une série de mesures pour utiliser ces éléments en toute connaissance de cause. L’application de ces mesures dépend de l’échelle des projets et des nouveaux usages visés :

  • adapter un principe de déclassement et réserver les éléments structurels de réemploi à des usages secondaires (structures secondaires, usages non structurels…)
  • prendre des marges de sécurité suffisante dans les calculs de dimensionnement et adopter des principes de redondance (selon des stratégies semblables à celles en cours dans le cadre de projets de rénovation)
  • se documenter sur l’origine et les usages des profilés
  • procéder à un examen visuel attentif, à compléter éventuellement par des tests spécifiques visant à établir les performances effectives des matériaux (indentation pour établir la dureté de l’acier, scan infrarouge, tests de charges sur échantillons, etc.)

Le saviez-vous ?

Dans certaines régions d’Europe, le réemploi des éléments structurels en acier est répandu. Le nord du Royaume-Uni, par exemple, compte de nombreux fournisseurs d’acier de réemploi. On y trouve aussi des bureaux d’études en stabilité ainsi que des laboratoires de recherche qui se sont spécialisés dans l’analyse des propriétés de ces profilés. Des projets conséquents réalisés dans ce contexte démontrent l’intérêt de cette pratique, tant sur le plan environnemental qu’économique.