| © Atelier 4/5
| © Atelier 4/5
| © Atelier 4/5
| © Atelier 4/5
| © Atelier 4/5
| © Atelier 4/5
| © Atelier 4/5
| © Atelier 4/5

Restaurant de Bruxelles-Environnement

Un marché public pour la collecte et la préparation de plus de 200 meubles chinés

Type
Intégration
Type de marché
public
Année
2014
Mise en oeuvre
Atelier 4/5Whittuck
Conception
Atelier 4/5
Commanditaire
Bruxelles Environnement
Adresse
Avenue du Port 86c/3000
1000 Bruxelles
Belgique
50° 51' 55.4112" N, 4° 21' 1.5228" E
Exporter
PDF

Matériaux de réemploi et quantités

- Planches en bois d'échafaudage fournies et poncées par Houtidee et assemblées par Whittuck : 90 m²
- Chaises, tables basses et fauteuils fournis par des magasins de seconde main et des brocantes : > 200 pièces

Le projet

En 2014, l'administration de l’environnement bruxelloises lançait un appel un appel d'offre pour la conception et la réalisation du restaurant de son nouveau siège, récemment construit sur le site de Tour & Taxis. Le cahier des charges de ce marché public stipulait explicitement que le mobilier du restaurant devait être issu de filières de récupération. De plus, l’appel proposait une approche en design and build.

Ce sont ces deux caractéristiques de l’appel qui ont permis au soumissionnaire lauréat, les architectes du bureau Atelier 4/5, de se lancer dans une démarche 100 % réemploi.

En l’occurrence, les concepteurs ont chiné près de 200 chaises, une vingtaine de fauteuils et de tables basses dans des brocantes et via des sites de seconde main. Ce mobilier est passé par un atelier en vue d’être nettoyé, réparé, consolidé et, dans certains cas, repeint. Les plateaux des tables du restaurant ont quant à eux été réalisées à partir d’anciens planchers d’échafaudage, qui ont poncés et assemblés avant d'être fixées sur des structures neuves en acier tubulaire.

La démarche en design and build a permis aux concepteurs de garder le contrôle sur toutes les étapes du projet. Cela garantit un résultat fidèle aux attentes initiales.

Un processus de ce type illustre bien les logiques de l’économie circulaire. Dans ce cas, la matière première est relativement bon marché tandis que les étapes de préparation sont plus intensives en main d’œuvre. Au final, la plus-value générée par un projet de ce type provient du travail investi pour maintenir en circulation des ressources existantes plutôt que de l’extraction ou de la transformation de ressources naturelles primaires. Si ce projet concerne ici la production d’un aménagement d’intérieur, il serait tout à fait envisageable – moyennant une bonne préparation en amont – de recourir à des stratégies similaires pour des appels portant sur des projets de plus grande ampleur.

La fonction restaurant entraîne un usage intensif du mobilier. Dans le cas du réemploi, il se peut que celui-ci ne résiste pas toujours aux sollicitations. Anticipant cet aspect, les concepteurs ont prévu de livrer une trentaine de chaises supplémentaires afin de pouvoir remplacer rapidement les chaises devenues défectueuses.