| © Bernard Van Damme
Exemple d’aménagement à partir des massifs recyclés dans le logement collectif Fabriques situé rue du Rempart des Moines à Bruxelles | © Bernard Van Damme
| © Bernard Van Damme
| © Bernard Van Damme
| © Bernard Van Damme
| © Bernard Van Damme
| © Bernard Van Damme

Rénovation de la Tour à Plomb

Du réemploi in situ à différentes phases du projet

Type
In situ
Type de marché
public
Année
2017
Mise en oeuvre
Jacques Delens sa
Conception
BEAI
Commanditaire
Ville de Bruxelles
Adresse
1000 Bruxelles
België
50° 50' 33.9" N, 4° 21' 5.58" E
Exporter
PDF

Matériaux de réemploi et quantités

- Briques démontées, décapées et nettoyées sur chantier : 60 m³
- Voûtes en briques ragrées : 20 m²
- Planchers (pour réparations locales) : 60 m²
- Poutres massives en bois (0.3 × 0.4 × 9 m) récupérées et transformées en bancs et en un bar extérieur : 9 pièces (~10 m³)
- Pierres bleues (pour l'aménagement des abords) : 10 m³

Le projet

Le site historique de la Tour à Plomb est un témoin de l'ancienne activité industrielle bruxelloise. Ce bâtiment abritait une fabrique de plombs. Il est actuellement en cours de réhabilitation et accueillera prochainement un pôle socio-culturel et scolaire comportant notamment une salle de théâtre, une salle de sport, une salle polyvalente, des classes et un espace polyvalent d’expositions et conférences. Les motivations des architectes du bureau BEAI de faire usage d'éléments de réemploi sont à la fois financières, esthétiques, éthiques et patrimoniales. Le maître l’ouvrage, la Ville de Bruxelles, était sur la même longueur d’onde.

Les matériaux réemployés dans ce projet proviennent du site même. Leur quantité et/ou leur taille sont ici assez exceptionnelles. Par exemple, plus de 60 mètres cubes de briques ont été récupérés et nettoyés sur site, si bien que l'entièreté des nouvelles maçonneries ont pu être réalisées avec des briques provenant des démolitions. En plus de cela, neuf poutres massives de 9,5 m de long (!) ont été démontées et conservées à l'abri de l'humidité dans le dépôt de l'entreprise générale Jacques Delens afin d'être ensuite retravaillées en atelier pour en faire des bancs et un bar en extérieur. Il a aussi été prévu de mettre de côté plusieurs tonnes de blocs de pierre bleue pour aménager les abords.

La décision de réemployer ces éléments a été prise à différentes phases du projet : les poutres dès l'avant-projet, les briques et les planchers lors du dossier d'exécution et les pierres bleues lors de leur découverte sur chantier.

D’un point de vue économique, le réemploi des briques s’est avéré avantageux en dépit des coûts liés au nettoyage. Les concepteurs ont en effet choisi de tirer parti de l’esthétique de ces briques, laissées apparentes dans le projet, ce qui a permis d’épargner un poste lié au plafonnage.