| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor
| © Rotor

Queen of the South

Un extravagant catalogue d’antiquités architecturales

Type
Intégration
Année
1972
Conception
Marcel Raymaekers
Fournisseurs: 
Queen of the South
Adresse
Hasseltweg 377
3600 Genk
Belgique
50° 57' 27.0288" N, 5° 26' 5.5104" E
Exporter
PDF

Le projet

Dès le début de sa carrière, l’architecte Marcel Raymaekers était fasciné par les objets de style historiciste : des intérieurs ou des éléments de construction, souvent très travaillés, dans lesquelles les caractéristiques décoratives sont tout aussi importantes que leur fonction véritable. Des colonnades, des portes d’entrée, des fenêtres à saillie, des cheminées, des portes, des éléments d’intérieurs importants, des sols mis en oeuvre dans une composition particulière sont quelques exemples. Toutes ces pièces ont un patrimoine culturel d’une grande valeur. 

Raymaekers a fondé “Queen of the South” à Genk, une entreprise qui vend ce type de matériaux. À côté du stock de l’entreprise, il a conçu en 1972 un grand bâtiment d’accueil qui abrite le showroom, la maison de l’architecte, et une brasserie publique. Le bâtiment, intégralement réalisé avec des matériaux de réemploi et des antiquités architecturales, représente la carte de visite par excellence pour son entreprise et sa pratique de l’architecture.  

Le bâtiment incarne un véritable musée de l’histoire construite. Au sommet de la façade avant, on peut lire “Queen of the South” sur une partie de la roue à aube d’un bateau de rivière américain qui naviguait sur le Mississippi et qui a donné son nom à l’entreprise. En-dessous de l’inscription se trouve une fenêtre à saillie provenant d’un château français. Les autres éléments de la façade, colonnades, briques, tuiles, châssis de fenêtres, … proviennent de travaux de déconstruction. L’aménagement extérieur consiste en rebords, en pavés, et en grandes pierres provenant de la déconstruction de rues de toute la Belgique. Les bacs à fleurs, par exemple, étaient à l'origine des barils utilisés dans l’industrie chimique. Quand le visiteur s’avance sous l’arc en pierre dans le cour du bâtiment, il est observé par deux statues de lions provenant des jardins d’un château français. Une porte en bois, appartenant auparavant à une église à Spa, donne accès au showroom. Les poutrelles structurelles en bois placées à l’intérieur ont la même fonction portante que dans leur utilisation d’origine dans un des forts de l’ancienne ligne de défense encerclant Anvers. Le sol est constitué de revêtements en marbre issus de plusieurs églises, regroupés dans une nouvelle composition singulière. Des meubles, parsemés ici et là, proviennent du monde entier. Le bar, fait de panneaux indiens en bois richement travaillé, accroche le regard. On trouve encore des centaines de statues et de sculptures, mis en scène dans des compositions variées, et qui ne laisse aucun espace sans ornement. Toutes les pièces ont leur propre histoire et origine. 

 

La signification originale des objets avec lesquelles Raymaekers travaille est cependant d’importance mineure dans la nouvelle composition. Il développe une approche ludique, où, tel un jeu de construction gigantesque, il peut expérimenter librement et de manière abstraite. En tant qu’architecte, Raymaekers s’est méticuleusement préoccupé de la forme du bâtiment, et ce complètement à contre-courant de l’esprit de l’époque. Queen of the South, comme les quelques deux cent villas qu’il a réalisées partout en Belgique, a été conçue d’une image totale sur la vie des habitants. Malheureusement, son oeuvre n’a jamais été documentée.