| © Rotor
| © Rotor
| © Bas Smets
| © Bas Smets
| © Bas Smets

Parc Tour & Taxis

Des centaines de tonnes de matériaux pierreux réutilisés

Type
In situ
Type de marché
public
Année
2017
Conception
Bureau Bas Smets
Commanditaire
Extensa
Adresse
1020 Laeken
Belgique
50° 53' 3.1848" N, 4° 21' 28.8" E
Exporter
PDF

Matériaux de réemploi et quantités

- Pavés en porphyre (in situ) : 1000 m²
- Terre (in situ) : 4000 m³
- Pierre bleue (in situ) récupérée du socle

Les éléments ont été mis en oeuvre par Van den Berghe nv.

Le projet

Le parc sur le site de Tour & Taxis s'étend sur 15 hectares au-dessus de l'ancienne Gare de marchandises et des voies de chargement le long de la ligne ferroviaire 28. Les architectes paysagistes Bas Smets ont entrepris les travaux d'aménagement du parc à l'aide d'éléments qui étaient présents sur le site.

L'ancien site était entièrement clôturé au moyen de grilles métalliques fixées sur un socle en pierre massive. Une grande partie de ces grilles qui avaient été enlevées précédemment était stockée sur place. Les concepteurs ont fait scier le socle en pierre bleue en carrelages d'une épaisseur de 12 cm afin de marquer visuellement la limite du terrain. Une autre partie a été sciée en carrelages de plus faible épaisseur destinés à la rénovation des bâtiments existants sur le site.

Par ailleurs, 1000 m² de pavés en porphyre ont été récupérés sur le site, enlevés lors de la construction de nouveaux immeubles à appartements le long de la Rue Picard. Ils ont été utilisés pour le prolongement de la ‘Mer des Pavés’ entre la Pakhuis et l'Avenue du Port, posés en demi-brique dans un lit de mortier.

Dans ce projet, le réemploi ne concerne pas que quelques éléments visibles : pour permettre les opérations de chargement et de déchargement des trains, le terrain a été aplani entre 1904 et 1910 et 6 mètres de terre ont été creusés. Par conséquent, non seulement la couche de terre arable a disparu mais l'évacuation de l'eau sur le terrain posait de sérieux problèmes. 4000 m3 de terre et de gravier ont été passés au tamis et divisés en trois fractions en vue de leur réutilisation. Le gravier le plus gros a été placé au fond d'un bassin et le reste a servi à recréer du relief sur le terrain.