Parements muraux en granit démontés dans les étages supérieurs et entreposés au rez-de-chaussée | © Rotor
Faux-plafonds démontés et emballée, prêts pour le transport | © Rotor
Démontage des parements muraux en granit | © Rotor
Nettoyage sur chantier des restes de mortier au dos du parement mural en granit et préparation des palettes triées | © Rotor

Ancien siège de la Générale de Banque

Plus de 230 tonnes d'éléments de finition récupérées

Type
Extraction
Type de marché
privé
Année
2015
Mise en oeuvre
RotorDe MeuterArt2Work
Commanditaire
BNP-Paribas
Adresse
Montagne du Parc
1000 Bruxelles
Belgique
50° 50' 44.9196" N, 4° 21' 35.8848" E
Exporter
PDF

Matériaux de réemploi et quantités

- Faux-plafonds (divers types) : 2500 m²
- Sols et parements muraux en granit : 66 t
- Portes intérieures (divers types) : 138 pièces
- Autres éléments de finitions et mobilier

Le projet

Ce projet d’extraction de matériaux intervient dans le cadre de la démolition du bâtiment du siège de BNP-Paribas-Fortis situé à proximité de la Gare Centrale de Bruxelles. L’opération a couvert 40 000 m² des 95 000 m² de surface de bureaux et s’est déroulée en trois phases, de novembre 2014 à novembre 2015.

Les finitions des bureaux, construits dans les années 1950 et 1970, sont l’œuvre du célèbre designer belge Jules Wabbes (1919–1974). Également l’auteur d’autres grands projets comme l’intérieur des avions Sabena ou le Fond Colonial des Invalidités à Bruxelles, il est considéré comme l’un des architectes d’intérieur belge les plus talentueux. Conscients de la haute valeur patrimoniale des éléments présents dans leur bâtiment et souhaitant que ceux-ci ne soient pas perdus, BNP-Paribas-Fortis a travaillé avec l’organisation Docomomo, spécialisée dans la conservation des éléments du patrimoine architectural moderne à Bruxelles, afin de trouver une solution. C’est dans ce cadre qu’ils ont pris contact avec Rotor afin de trouver une seconde vie à ces matériaux de qualité.
 
L’extraction proprement dite a été précédée d’une phase d’inventaire minutieux, dressé par Rotor, au cours de laquelle chaque élément candidat au réemploi a été répertorié. En tout, une quinzaine de personnes ont travaillé quotidiennement sur le chantier, en plus des ouvriers de l’entreprise en démolition De Meuter qui ont participé au démontage de certains éléments (notamment des parements muraux en granit). Lors du chantier, cins stagiaires étaient également présents dans le cadre d’une formation de valoriste/déconstructeur organisée par la Mission Locale pour l'Emploi de Saint-Josse-ten-Noode.
 
Du bâtiment existant, seule la salle des coffres située au sous-sol a été conservée. Dans les autres parties, plus de 230 tonnes de matériaux de finition ont été extraites avant la démolition finale. Au total, cette opération a permis la récupération et le réemploi de quelques 2500 m² de faux plafonds de différents types, 66 tonnes de parement en granit provenant des étages de la direction, 138 portes ainsi qu'une multitude d'autres éléments qui définissaient l'identité du bâtiment.  
 
Tous ont été envoyés vers les filières du réemploi, en accordant la priorité d’abord au réemploi in-situ: certains éléments, tels que le mobilier et les finitions de la cafétéria conçue par Christophe Greyers dans les années 1970, seront intégrés dans le nouveau projet. D’autres ont été transférés vers les collections de la banque. D’autres éléments ont été dirigés prioritairement vers des projets d’aménagements publics ou des musées. Enfin, les lots ont été revendus dans le cadre de projets privés. Au final 14% (en masse) des matériaux ont été récupérés in situ et réintégrés au nouveau projet, 3% ont été déviés vers des aménagements publics ou des musées et 83% ont été pris en stock par Rotor afin d’être revendus à des particuliers. Parmi les matériaux remis en œuvre, on retrouve notamment un plafond métallique à lamelles dans la nouvelle bibliothèque communale néerlandophone de Woluwe-Saint-Pierre, des faux-plafonds en multiplex chez un glacier situé sur le Quai aux Briques à Bruxelles ou encore un faux-plafond doré dans une pharmacie à Schaerbeek.
 
Par sa complexité et son ampleur, cette opération d’extraction est sans doute l'une des plus ambitieuses de ces dernières décennies en Belgique.