Planchers / Parquets

Les planchers et les parquets en bois sont des grands classiques du marché du réemploi, qui compte de nombreux fournisseurs et artisans spécialisés dans ce domaine.
Ces matériaux sont fréquemment récupéré lors de chantiers de rénovation ou de démolition – du moins lorsque le type de pose le permet. En effet, les poses clouées ou flottantes sont plus propices à la récupération que les poses collées. Lors de la récupération de parquets posés sur colle noire bitumineuse et datant d’avant les années 1950, il est important de vérifier l’absence de goudron dans la colle avant de procéder au démontage.
L’essence de bois d’un plancher ou parquet détermine fortement sa valeur. Les planchers en sapin ont moins de valeur que les revêtements de sol en bois durs (chêne, châtaignier, hêtre…). Ces derniers peuvent atteindre des prix élevés, surtout s’ils datent d’avant le 20e siècle.
On trouve aussi bon nombre de produits de réemploi vendus comme des revêtements de sol, mais qui proviennent d’un usage détourné : poutres en chêne sciées, planches à fromage, panneaux en azobé, etc. Les planchers et parquets de réemploi sont utilisés dans une grande diversité d’applications : constructions neuves ou rénovations, logement ou bâtiments commerciaux.

Produits fréquents

En matière de planchers et parquets, les produits les plus fréquents sont les suivants :

  • Planchers de réemploi
  • Parquets de réemploi
  • Planchers de camion ou de wagons
  • Planches à fromage
  • Poutres en chêne sciées
  • Platelage de bois exotique
  • Panneaux issus de la production de parpaings (“steenschotten”)

Les parquets et plancher de réemploi subissent la concurrence de produits neufs qui imitent l’aspect du réemploi. Si vous voulez vous assurer que le revêtement de sol que vous envisagez d’acheter est bien du bois du réemploi, renseignez-vous sur l'origine du matériau.

Traitements proposés

Le prix d’un parquet ou plancher de réemploi peut varier du simple au triple en fonction des opérations investies pour préparer le produit à la pose. Or ces étapes de préparation sont souvent nécessaire pour permettre une installation efficace et fluide. Vouloir réaliser des économies en achetant un produit non préparé n’est donc pas toujours un bon calcul.
Quelques exemple de traitement proposés par les fournisseurs :

  • tri en fonction de la qualité et des formats
  • enlèvement des clous ou des restes de colle
  • pour les planchers : sciage des extrémités endommagées
  • brossage de la surface visible
  • calibrage dimensionnel (par ex. épaisseur)
  • usinage de nouvelles rainures et languettes
  • sciage dans l’épaisseur
  • ...

Prix constatés

  • Parquet de réemploi en bois de chêne, prêt à la pose: à partir de 75 €/m² TVAC
  • Plancher (e=14mm) fait de poutres en chêne de réemploi sciées : ~80 €/m²
  • Plancher auto-portant (e=22mm) fait de poutres en chêne de réemploi sciées : ~100 €/m²
  • Plancher ancien en chêne, première moitié du 19e siècle : ~150 €/m²

Le saviez-vous?

Les revêtements de sol en bois peuvent très vite s’abîmer lors d’un chantier de démolition (coups, humidité, pollutions diverses…). Des lots destinés à être récupérés gagnent à être démontés et sortis du bâtiment le plus tôt possible durant les travaux. Lorsque l’enlèvement n’est pas faisable, par exemple dans le cas d’un plancher autoportant devant être maintenu durant les premières phases du chantier, il convient de prévoir des protections adéquates.