Pavés, bordures et klinkers

Les éléments de voirie, qui allient des qualités de modularité et de résistance, sont des incontournables du marché du réemploi. Lors des travaux de voirie, il est fréquent que les entrepreneurs récupèrent les éléments réutilisables. Ceux-ci sont acheminés vers leurs propres stocks ou vers des opérateurs qui se chargent de les remettre sur le marché après nettoyage et tri. Certaines municipalités possèdent même leur propre stock de matériaux de voirie. À Paris, par exemple, il est obligatoire de réutiliser sur site les pavés qui s’y prêtent ou de les dévier vers un stock centralisé, dans lequel les entrepreneurs doivent également se fournir pour les nouveaux aménagements. En 2015, ce sont ainsi plus de 4.100 tonnes de pavés qui ont été triés en vue du réemploi.
Parmi les différents types de pavés, les pavés de rues sont libérés en plus grande quantité par les travaux routiers, et sont donc davantage disponibles. Pour ce qui est des pavés de trottoir, la tendance actuelle consiste à les maintenir en place, voire à les réinstaller dans les centre-villes. Par conséquent, ce type de pavé est plus rare et plus cher.
À côté des pavés, le marché du réemploi propose des bordures de trottoir, généralement en pierre bleue ou en granit. Elles présentent le plus souvent des longueurs variables. Ces bordures peuvent aussi être utilisées dans des applications détournées, par exemple en tant que marches d’escalier, éléments d’aménagement paysager, potelets...
Les pavés en terre cuite (aussi appelés “klinkers”) sont également fort présents sur le marché du réemploi, en particulier aux Pays-Bas. Ce matériau y est d’usage courant et les filières de revente y sont fort développées. Une étude menée aux Pays-Bas estime que le réemploi des “klinkers” se fait à une telle échelle que la durée de vie moyenne de ces éléments atteint 125 ans (et même plus de 250 ans pour près de 10% du stock) - ce qui excède largement la durée de vie moyenne d’un aménagement de voirie. De façon plus anecdotique, il est possible de trouver des lots de pavés en béton de réemploi. Du fait de sa faible valeur, ce produit est rarement gardé en stock par les fournisseurs. Lorsqu’il est récupéré, c’est souvent pour une vente en flux tendu.

Produits fréquents

Les produits les plus fréquents sont :

  • Pavés de rue (en porphyre, granit ou grès) : ils possèdent une surface souvent rectangulaire, avec un petit côté de minimum 10 cm, et une hauteur comprise entre 13 et 15 cm.
  • Pavés de trottoir, dits “platines” (en grès, plus rarement en pierre bleue) : ils se caractérisent par une surface carrée et une hauteur réduite.
  • Pavés mosaïques : de format plus petit et de forme approximativement cubique, ils se prêtent bien à une pose en éventail.
  • Bordures de trottoir : en pierre bleue, granit…
  • Pavés en terre cuite (dits “klinkers”) : bruns, mauves, jaunes, différents formats.
  • Pavés en béton : offre irrégulière.

Traitements proposés

Les traitements proposés les plus courants sont :

  • Finition sciée pour les pavés : les pavés en pierre peuvent être sciés afin d’offrir une surface supérieure parfaitement plane. Ce traitement peut doubler le prix du pavé, mais assure un meilleur confort aux utilisateurs (personnes à mobilité réduite, cyclistes, etc.). Une bonne mise en œuvre reste toutefois indispensable pour garantir cette planéité.
  • Les pavés sont généralement triés (selon leur formats) et nettoyés (des restes de mortier, asphalte) par les revendeurs.
  • Extrémité des bordures : certains revendeurs découpent les extrémités des bordures de trottoir afin d’en faciliter la repose.

Prix constatés

Les prix indiqués ici sont les prix pour les professionnels, et exprimés HTVA.

  • pavés en porphyre triés : 20 à 30 €/m²
  • pavé en porphyre, mélange de formats : 15 à 20 €/m²
  • pavés mosaïque : 30 à 40 €/m²
  • platine en grès : 40 à 50 €/m²
  • bordures en pierre bleue non-sciées : 27 à 30 €/m (sciée: +10€/m)
  • klinkers en terre cuite : 12 à 35 €/m²
  • klinkers en béton : entre 4 et 6 €/m²

Prescrire des éléments de voirie de réemploi

Il est relativement simple de prescrire des pavés ou des bordures de réemploi, que ce soit dans un marché public ou un marché privé. Les fournisseurs spécialisés sont habitués à traiter de grosses commandes. Les modalités de mise en oeuvre sont très proches des pavés neufs mais il convient tout de même d’être attentifs à une série de spécificités :

  • Prévoir dans le cahier des charges une certaine flexibilité dans le choix du matériau. Par exemple, si un format très précis de pavé est prescrit, mais qu’il n’est pas disponible sur le marché au moment des travaux, la fourniture risque d’être compliquée ou coûteuse alors qu’un lot meilleur marché d’un format légèrement différent aurait pu convenir pour le même poste.
  • Préciser dans le cahier des charges le degré de tolérance relatif à l’aspect du matériau prescrit. Des pavés ou des bordures qui présentent des irrégularités ou des traces d’asphalte sont parfaitement adaptés à certaines applications et reviennent moins cher qu’un produit de “premier choix”.
  • Tenir compte de la longueur variable des bordures lors de la conception et de la mise en oeuvre.

Pour des informations plus détaillées : se référer aux extraits de cahier des charges pour le pavé, la bordure et le klinker.

Le saviez-vous ?

Le pavé de porphyre est originaire des carrières de Quenast et de Lessine, en Belgique. Ces sites ont produits des millions de pavés destinés tant au marché local qu’à l’export, et ce depuis le 18e siècle. La production des pavés s’est toutefois arrêtée dans les années 1970. C’est aujourd’hui la filière du réemploi qui maintient ce produit en circulation et le rend disponible pour de nouveaux travaux de voirie. Cette pratique n’a rien d’exceptionnel et de nombreux maîtres d’ouvrage publics recourent à ce matériau de réemploi pour les travaux de voirie.
Les éléments de voirie en granit rose qu’on trouve actuellement sur le marché du réemploi en Belgique trouvent leur origine dans des carrières suédoises. Ces pavés et bordures étaient utilisés comme ballast dans les cales des navires qui circulaient entre la Belgique et la Suède. Une fois déchargés dans les villes portuaires, ils y trouvaient de nouveaux usages dans les travaux d’aménagement des espaces publics.

Téléchargement

Vous trouverez ci-dessous des extraits de cahiers des charges pour une série de matériaux de réemploi très présents sur le marché belge et faciles à prescrire dans le cadre de gros projets ou de marchés publics. Ces extraits de cahiers des charges ont été réalisés en étroite collaboration avec les revendeurs spécialisés concernés.

Klinker de réemploi
Bordure de réemploi
Pavé de réemploi