Châssis de fenêtres

En matière de réemploi de châssis de fenêtre, une question qui vient rapidement à l’esprit est celle des performances énergétiques. Les fenêtres constituent en effet un point d’attention dans les projets actuels et jouent un rôle crucial pour répondre aux exigences contemporaines en matière d’isolation thermique et d’étanchéité à l’air.
De fait, deux cas de figures se rencontrent:
On trouve d’une part des châssis de fenêtre anciens, en bois et parfois munis de vitraux, qui sont recherchés pour leur qualité esthétique et leur matérialité. Vu qu’ils n’ont n’ont pas été conçus dans une perspective de performance énergétique, de tels châssis sont généralement mis en oeuvre dans des applications telles que des aménagements d’intérieur, des restaurations patrimoniales ou des espaces non chauffés.
D’autre part, on trouve également sur le marché des châssis contemporains de réemploi qui répondent à des exigences performantielles plus strictes. Il s’agit alors de châssis issus de la démolition de bâtiments plus récents, voire même de châssis neufs issus de surplus de production. Un autre cas de figure est celui où une erreur de communication mène à la production de châssis inadaptés aux baies qui doivent les accueillir, ce qui mène à la disqualification du lot livré sur chantier.
Travailler avec des châssis de réemploi oblige les concepteurs à modifier quelque peu leur processus de travail : il s’agit de dimensionner les baies à la mesure des châssis. Mais le jeu en vaut souvent la chandelle car, moyennant une plus grande tolérance dimensionnelle, il devient possible de se procurer des éléments de qualité à des prix compétitifs et de faire ainsi baisser en conséquence le coût d’un poste important dans les projets de construction.

Produits fréquents

Parmi les produits fréquents, on retrouve :

  • des châssis de fenêtre contemporains double vitrage, en bois, PVC ou aluminium.
  • des châssis de fenêtre anciens en bois, dont certains avec vitraux
  • châssis à tabatière anciens (pour toiture)

Prix constatés

Les prix rencontrés pour des châssis contemporains de réemploi oscillent entre 20 et 40 % du prix des équivalents neufs.