Pavés, bordures et klinkers

Parmi les matériaux de voiries proposés par les revendeurs, on trouve les pavés, les bordures en pierre et les klinkers (aussi appellés pavés en terre cuite). Plus rarement, on trouvera aussi des éléments de pavage en béton.

Extraits de cahiers des charges

À l'usage des concepteurs et des prescripteurs: vous trouverez ci-dessous des extraits de cahiers des charges pour le pavé, la bordure et les klinkers de réemploi, tels qu'on les trouve sur le marché belge actuel. Ce texte a été réalisé en étroite collaboration avec les revendeurs spécialisés et peut être mis à jour fréquemment. Assurez-vous de disposer de la dernière version en date.


Pavé de réemploi
(version du 27 déc 2013)
Bordure de réemploi
(version du 27 déc 2013)

 
Kinker de réemploi
(version du 27 déc 2013)

Les pavés

Comme la brique, le pavé est un matériau très répandu en Belgique. Il se décline en plusieurs type de roche : la pierre bleue, le porphyre, le grès et les granites (par exemple le rose de suède). Il faut généralement compter aux alentour de 300 kg/m². Ces différentes matières se prêtent aux mêmes mises en œuvre, que ce soit pour des routes, des trottoirs ou encore des entrées de garage. La différence entre les roches est surtout une question de couleur. Il y a quinze ans, les tons bruns étaient à la mode ; aujourd’hui, la préférence va plutôt aux tons gris.

Les types de pavés qui font l'objet de filières de réemploi actuellement sont les pavés « authentiques » – en porphyre, grès et granite de Suède. C'est le pavé en porphyre de réemploi qui est le plus récupéré. Ce pavé est fait d'une roche très dure qui était taillée à Quenast – une carrière qui depuis les années '70 ne produit plus que du gravier. Il en va de même pour la plupart des productions locales de pavés, qui ont interrompu leurs activité ou proposent des prix très hauts par rapport à la concurrence asiatique. Quelqu'un qui cherche un pavé en porphyre belge actuellement est donc « forcé » d'acheter un pavé de réemploi. Il y a du coup pour le moment deux catégories distinctes de pavés dans les voiries : les « pavés belges » qui font l'objet d'une économie circulaire et les pavés importés qui ne sont pas récupérés. Il est difficile de dire si à terme les pavés importés (par exemple le grès Kandla) trouveront un jour une place sur le marché du réemploi. Les revendeurs ont des opinions partagées sur le sujet.

Il existe deux types de pose pour les pavés : la pose "à l’ancienne”, avec des joints et un lit de sable, et la méthode contemporaine, avec pose sur lit de sable ou de stabilisé et joints en ciment. La méthode à l’ancienne a fait du pavé le matériau de récupération par excellence. Aujourd’hui encore, de nombreuses communes possèdent leur stock de pavés. On considère que 90% des pavés anciens issus des chantiers de voiries sont récupérés, soit directement par la commune soit via les filières du réemploi.

Auprès des revendeurs, les pavés nécessitent peu de travail de remise en état. Traités à la chaîne, ils sont simplement nettoyés et triés. Les pavés présentant des restes d’asphalte ou de peinture de marquage routier peuvent être revendus comme lots de second choix ou être nettoyés via différentes techniques. Les pavés de forme non coniques peuvent éventuellement être retournés, avec la face souillée vers le sol. Les pavés endommagés ou irrécupérables sont mis de côté, les autres sont reconditionnés pour être revendus.

Parmi les services supplémentaires offerts par les revendeurs, on trouve principalement la découpe des pavés. Il s’agit de couper les grands pavés de 15 cm en deux. Cela permet de choisir la face apparente : la face coupée formera une surface lisse, nette et fera apparaître la texture de la roche tandis que la face non coupée formera une surface plus irrégulière. Cette méthode permet également de doubler les surfaces couvertes à partir de la même quantité de matière première. Une autre méthode consiste à “scalper” les pavés, c’est-à-dire à découper la surface apparente sur une profondeur d’environ trois centimètres. Le reste de la masse forme un pavé à la surface “liftée” tandis que les petites croûtes qui résultent de cette opérations peuvent aussi être réutilisées dans des situations qui ne doivent pas supporter des charges trop lourdes.

Les pavés issus des carrières belges sont fortement demandés à l’étranger, notamment aux Pays-Bas.

Les bordures

Les bordures présentes auprès des revendeurs de matériaux d’occasion sont les bordures en pierre bleue ou en granite de Suède. Le granite de Suède se retrouve beaucoup dans les voiries de villes portuaires (comme Anvers). À l’époque, on utilisait des pavés et des bordures comme ballast dans la cale des bateaux marchands qui naviguaient entre la Belgique et la Suède. Du porphyre était chargé à l’aller et du granite revenait en échange.

Certains revendeurs découpent les extrémités des bordures afin d’en faciliter la repose. Contrairement aux bordures neuves, la longueur des bordures de réemploi est toujours variable.

Les Klinkers

Le mot klinker est utilisé pour faire référence à deux types de produits : les klinkers proprement dits (aussi appelés pavés en terre cuite), et les « klinkers en béton » (plus justement appelés pavés en béton). Les premiers sont relativement bien représentés sur le marché du réemploi, tandis que les seconds sont trop rares que pour compter sur une offre permanente.

Pour se procurer des klinkers de réemploi, on peut s’adresser à la plupart des revendeurs de pavés, qui ont bien souvent un lot de klinkers quelque part dans leur stock. Il existe aussi quelques entreprise réellement spécialisées en klinker de réemploi (voir: Tuinmaterialen Meynen, Lemmens et Steve op de Beek). Les klinkers qu’ils proposent proviennent en grande partie des Pays-Bas, où les filières de réemploi de ce matériau sont très développées. C'est en sorte l'équivalent des filières belges du pavé qui existent là-bas pour le klinker.

Éléments de pavage en béton

Les dalles et klinkers en béton sont plus rares sur le marché du réemploi. Cela s’explique par leur coût relativement faible en version neuve.

Prescrire des éléments de voirie de récupération

Dans le cadre d’un marché publique ou privé, il est assez aisé de prescrire des pavés, des klinkers ou des bordures de récupération. Les revendeurs spécialisés sont habitués à traiter de grosses commandes et à livrer pour des travaux publics. Les modalités de mise en oeuvre sont en grande partie identiques que pour le neuf, mais il convient tout de même d’être attentifs à une série d’aspects spécifiques aux matériaux de voirie réemploi.

Par exemple: * Dans le cahier des charges, il est intéressant de prévoir une certaine flexibilté sur le choix du matériau. Si l’auteur d’un projet exige par exemple un format de pavé bien précis et que ce format est justement peu disponible sur le marché au moment des travaux, il risque de payer le prix fort – et de passer à côté d’un lot de format voisin bien meilleur marché. * Le prix d’un lot de pavés dépend fort de son degré d’homogénité et de propreté. Pour certaines applications, des pavés présentant des irrégularités ou des traces d’asphalte sont parfaitement adaptés (et moins chers). Il est donc souvent intéressant de définir les exigences/tolérances à ce niveau-là, plutôt que de demander “le 1er choix”. * Pour les bordures, il faut pouvoir tenir compte de leur longueur libre lors de la conception et la mise en oeuvre. Pour des informations plus détaillées: voir extraits de cahier des charges pour le pavé, la bordure et le klinker.

Unités :

à la tonne avec une indication du m2 en fonction du pavé.

Prix constatés* :

*Il s’agit de prix pour les clients professionnels. Particuliers: compter environ +⅓ du prix.

Rareté :

courant

rotor

Revendeurs

Revendeurs spécialisés Traitent aussi
Anvers
Brabant Flamand
Flandre occidentale
Flandre orientale
France
Hainaut
Limbourg
Liège
Pays-Bas